Rouge Tagada (BD européenne)

Couverture « Un regard chocolat, des fossettes sur les joues, un parfum de pain d’épice, un sourire plein de malice et une peau tiède si lisse que j’avais envie de la toucher tout le temps, de la respirer, de m’y rouler comme un gros chat. »

Voilà comment cette jolie BD commence. Jolie tant de forme que de fond. J’ai relu récemment Rouge Tagada qui était un coup de cœur pour moi à sa sortie, en 2013.

C’est l’histoire d’une collégienne, Alex (environ 13/14 ans) qui raconte principalement en voix off, ses sentiments pour une élève de sa classe, Layla. Rien n’est clairement exprimé mais les mots décrivent très simplement l’émergence de ses sentiments amoureux. On a vraiment l’impression d’une histoire vue par les yeux et le cœur d’une ado. Alors, ça peut paraître guimauve, et ça le sera sûrement trop pour certain(e)s. Ce n’est plus de mon âge mais pour ma part, je trouve cela tellement bien tourné !!! Plein de tendresse, de subtilité et de malice. C’est une BD jeunesse, une lecture extrêmement pudique qui peut tout à fait convenir à de très jeunes ados, et même à des enfants. Mais je maintiens qu’elle peut plaire à tout âge, moi qui lis en grande majorité des BD « adultes ».

Quand on tient la couverture en main, d’une texture bien particulière, toute douce, aussi rouge que les fraises Tagada, une dimension sensuelle et une saveur particulière s’ajoute à la lecture. C’est en parfaite adéquation avec le sujet! Et la colorisation, vraiment très réussie, dans des tons « terre », rappelle en permanence la peau ambre de Layla. Et puis cette musicalité et ce rythme dans le style : je me suis surprise à relire plusieurs fois certaines pages pour « réécouter » mentalement les mots ! C’est quelque chose que je ne fais pas souvent avec une BD. Certains passages semblent en vers, sans en avoir l’air !

Enfin, il n’y a aucun jugement porté sur les sentiments d’Alex dans cette BD, c’est très ouvert… comme la fin ! Ici pas de réels passages sur les difficultés à vivre son homosexualité; ce n’est clairement pas cela que les 2 auteures ont voulues aborder.

C’est un one-shot, c’est-à-dire une histoire complète en un seul tome. En recherchant quelques infos, je découvre que les auteures ont continué leur collaboration avec 2 autres titres : Mots Rumeurs, Mots Cutter en 2014 et Bulles et Blues cette année. Ca ne fait pas mon affaire : ma liste de titres à feuilleter chez mon libraire s’allonge dangereusement… (Il faut dire que je n’y ai pas mis les pieds depuis pas mal de mois ! Les choix vont être cornélien à ma prochaine visite ou le porte-monnaie va souffrir …)

planche1 ROUGE TAGADA Genre : chronique sociale Scénariste : Charlotte Bousquet Dessinatrice : Stéphanie Rubini Editeur : Gulf Stream Date de parution : janvier 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s