Azimut (BD européenne)

Azimut tome 1« En compagnie d’une myriade de personnages fantastiques, embarquez pour un fabuleux voyage qui vous emmènera tout autant dans les sphères éthérées de l’imagination qu’au coeur des préoccupations existentielles humaines… »
Voilà tout est dit. L’éditeur résume superbement bien ce qu’on peut dire de cette BD. Mais qu’est-ce que je pourrais bien dire de plus ?

 

Impression : plein la vue !

Je suis de près les travaux d’Andreae depuis Mangecoeur qui m’avait marquée. Terre Mécanique, La Confrérie du Crabe ont suivi et ne m’ont pas déçue.
Ici encore, dès la couverture, et à chaque page, que dis-je, CHAQUE CASE, c’est un délice de regarder ce graphisme bien détaillé et expressif, ces couleurs jamais criardes aux dégradés subtils. On devine un travail très fin et méticuleux du dessinateur, Jean-Baptiste Andreae. Les planches sont
magnifiques.

 

Azimut Tome 2Histoire : déjantée !

On a perdu le Nord ! Voyez plutôt :
Le Comte Quentin de la Pérue, grand explorateur au service du Roi de Ponduche, débarque enfin, après 2 ans de navigation, de déboires et de tempêtes, sur un rivage tant et tant espéré. Oui cette plage au sable fin où viennent étrangement s’échouer des bancs entiers de poissons volants géants s’avère habitée. Vacillant, éreinté après un si rude voyage, il aperçoit malgré sa vision trouble ce qui ressemble à un château. Comme un air de déjà vu… Et cet autochtone qui s’avance vers lui… C’est… le Roi de Ponduche !!??
Le malchanceux explorateur est revenu à son point de départ après 2 ans de navigation… Eh oui, on a perdu le Nord

L’histoire est vraiment pleine d’imagination et d’humour. Les personnages sont haut en couleurs sans aucun manichéisme. C’est appréciable !
Parmi eux, le Professeur Breloquinte, dans son étonnant navire-laboratoire, le Laps, qui étudie le Temps, un peintre dépressif, un baron qui aime une musique bien particulière mais pas les couleurs… Et surtout, la charismatique Manie Ganza, héroïne sexy à la poitrine turgescente, attirante aussi par son aura mystérieuse et un sacré caractère. Elle arnaque la haute société pour voler une vieille monnaie qui ne vaut pourtant plus un sou… Mais quelle est sa quête véritable ? Celle-ci semble vouloir échapper à bien plus que ses poursuivants…

Wilfrid Lupano est un scénariste prolifique reconnu pour son talent et son scénario semble bien ficelé.
Le Temps est une obsession dans cette histoire et sujet à de nombreuses problématiques. Peut-on échapper à l’Arracheur de Temps, à la vieillesse, la mort ?  Je suis curieuse de voir jusqu’où il veut mener cette réflexion sous ces excentricités.

 

Bestiaire : quelle inventivité !

Il y a aussi quelque chose de remarquable dans cette série : ce sont ces créatures improbables mais tellement bien imaginées ! Juste pour vous donner une petite idée :
la lurette quadrantèle (sachant qu’il existe de nombreuses espèces de lurettes, dont la belle lurette bien sûre !). Donc la lurette quadrantèle.
« Elle voyage par groupe de douze individus qui volent en cercle ! onze femelles et un mâle. Eh bien, allez savoir pourquoi, mais lorsque les lurettes quadrantèles croisent des oies qui volent en V, elles viennent systématiquement les encercler pour faire un bout de chemin avec elles. Et tenez-vous
bien, la plupart du temps, au bout de quelques minutes à peine, vous vous apercevrez que si vous considérez le mâle comme étant à midi, éh bien les oies en V donnent l’heure exacte. C’est un phénomène inexpliqué. »

Ah ! Je ne résiste pas à parler aussi de la lurette dodécazygotte :
« Elle pond ses œufs par douze, en cercle. Elle les couve à tour de rôle, une heure chacun, pendant douze jours, puis les œufs éclosent, un par un, à une heure d’intervalle. C’est très étonnant. Le premier poussin fait « piou », le deuxième fait « piou piou », le troisième « piou piou piou » et ainsi de
suite… Si le poussin se trompe d’un piou, sa mère le renie impitoyablement, le vouant à une mort certaine. »

 

En bref :

Ces 2 premiers tomes posent un monde riche et baroque pour cette histoire bien loufoque, des règles malgré la folie douce qui guette les auteurs, une trame aux multiples fils bien tressés, ainsi que des personnages dignes d’un mix de Terry Pratchett, Tim Burton & Lewis Caroll ! Vraiment très prometteur ! J’attends avec impatience la suite qui est prévue pour fin 2015.
Ce récit devrait être constitué de 4 tomes.

 
Azimut Tome 1 - plancheAZIMUT
Tomes 1 & 2 sur 4
Genre : fantastique/ drame
Scénario : Wilfrid Lupano
Dessins et couleurs : Jean-Baptiste Andreae
Dates de parution : 2012 & 2014
Editeur : Vents d’Ouest

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s