Lost River de Ryan Gosling (Ciné)

affiche_lost_riverDans une ville à la dérive, anéantie par la crise, Billy, mère célibataire de deux enfants, a décidé de rester et de se battre pour sauver sa maison.
 
En acceptant un travail bien particulier pour payer ses factures, elle est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie sous un lac artificiel.
 
Le quotidien de la famille va en être profondément chamboulé, et Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

lost_river_billy

Lost River est une cité qui se meurt, victime d’une malédiction. Toute vie s’en va, les habitants ruinés fuient, les maisons se désagrègent quand elles ne sont pas détruites à coup de pelleteuses.
Pour aider sa mère, Bones revend le cuivre qu’il extirpe des maisons abandonnées. Mais une racaille en blouson à paillettes dorées, roi factice juché à l’arrière de sa Cadillac, fait régner sa loi sans partage. Face à lui, Bones doit fuir.
Pourtant, il devra protéger sa petite amie, nommée Rat, quitte à devoir combattre la malédiction tapie dans les profondeurs d’une partie de la ville, engloutie par les eaux au nom du progrès depuis des années.

lost_river_cycle

Dans la première partie du film, la narration peine à progresser et patine sur des contemplations parfois excessives de cette ville post-apocalyptique. Ryan Gosling installe avec patience la profondeur de ses personnages. Il y distille en filigrane l’intrigue amoureuse entre Bones et Rat, portrait de deux jeunes qui portent trop lourd sur leurs épaules.
L’ambiance poisseuse mais poétique ne quittera pas le film. On se rend compte très vite de la beauté esthétique évidente avec la composition de l’image, les jeux de lumière et la qualité de la photo.

lost_river_theater

Passée cette mise en bouche, on réalise que Ryan Gosling a bien une histoire à nous raconter et le rythme s’accélère. Et c’est lorsqu’il fait basculer son film dans un gouffre anxiogène, matérialisé par un cabaret macabre, que le film éblouit dans une ambiance surnaturelle. C’est un véritable envoûtement, où rêve et cauchemar s’entremêlent, et que la bande-son entretient avec délice.
Le film regorge d’éléments poétiques, psychédéliques et magnifiques. Et d’allégories bien sûr.

Pour son premier film en tant que réalisateur, Ryan Gosling s’est entouré d’excellents acteurs qui, tous, servent avec subtilité leur rôles. Avec un coup de cœur spécial pour l’actrice Christina Hendricks dans ce rôle de mère : en plus d’être une véritable beauté, elle joue très juste, avec retenue et sobriété, sans aucun surjeu mais beaucoup de sensibilité.

lost_river_chatLost River est un conte noir, onirique, merveilleux et lugubre. La violence et la férocité s’entrecroisent avec la poésie et le romanesque tissant tout au long du film, une atmosphère angoissante et merveilleuse qui emballe à de nombreuses reprises le cœur.
 
 
Lost River n’est pas un chef-d’œuvre mais un envoûtement. Et pour un premier film, c’est un sacré bon film !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s