Les Ogres-Dieux : Petit (BD)

BD Les Ogres-Dieux - couverture
Le noir vous va si bien…
 
Il m’arrive assez souvent d’entendre ou lire des amateurs de BD qui disent ne pas être attirés par les BD en noir et blanc. Je peux le comprendre, c’était mon cas il y a pas mal d’années. Et puis d’autres m’ont convaincue de me laisser tenter par une bonne histoire qui leur paraissait si enthousiasmante. Et ils avaient bien raison.

Depuis je lis du noir et blanc, comme de la couleur, sans réticence, du moment que l’ensemble dessin et scénario me paraît bon. Mais il faut dire que le dessin en noir et blanc permet aussi des choses très particulières comme une puissance d’expressivité, la mise en valeur de la forme, des traits.
 
Bref, il serait bien dommage de s’arrêter à ça et de passer à côté d’une belle histoire de qualité…

Les Ogres-Dieux - Petit - Planche 1

Ce n’est pas pour les enfants…

Pour revenir aux Ogres-Dieux, j’avais adoré Miss Pas-Touche et Beauté du même scénariste, Hubert. Cet auteur a le don de proposer des histoires originales, en apparence classiques et naïves mais dans le fond, cyniques, féroces mais touchantes. Pas facile de jongler avec ces émotions pourtant !

Les Ogres-Dieux, c’est un conte noir (surtout pas pour les enfants ! ), cruel et insolite, en noir et blanc, et blanc et noir. C’est l’histoire d’une famille d’ogres, sur plusieurs générations.
Petit est le fils du très grand Roi-Ogre. Il doit son nom à sa taille car il est très petit : juste un peu plus grand qu’un humain. Pour un ogre, c’est vraiment rikiki. Il y a une explication à cela : à force de consanguinité, la famille est condamnée à une dégénérescence et chaque génération devient plus petite, et la plupart des rejetons deviennent bêtes et méchants.
Vu la si petite taille de son benjamin, le Roi-Ogre veut le tuer mais sa mère le protège et le cache auprès de la sage Desdée, une vieille tante recluse en raison de son amitié avec les humains. C’est la dernière rescapée de la dégénérescence familiale.
Petit va grandir entre sa mère, qui ne voit en lui qu’un étalon qui pourrait sauver la lignée, comme le fit en son temps le Fondateur, et Tata Desdée qui voudrait lui inculquer une éducation humaniste et intelligente. Quel va être le destin de Petit ? Car en dehors de cette Desdée, il ne reste qu’une joyeuse bande de dégénérés qui se bâfrent de corps humains à toutes les sauces… et qui en feraient bien de même avec Petit…

Voilà pour la trame de l’histoire qui est PASSIONNANTE !

Les Ogres-Dieux - Petit - Planche Desdée

Petit mais costaud !

Ha oui, je n’ai pas précisé que la BD fait plus de 150 pages ! Et c’est d’ailleurs un bel objet noir classieux avec ses lettres dorées sur la couverture et la tranche. Malgré l’épaisseur, les auteurs maintiennent fermement l’attention du lecteur de bout en bout ! En 5 pages, j’étais déjà captivée.
On peut dire que le récit est structuré en chapitres, entrecoupés d’un texte d’une ou deux pages qui focalisent sur l’histoire de chaque membre important de la généalogie de cette famille. Mais ce n’est pas chiant DU TOUT ! Au contraire, cela ajoute de la profondeur au récit et une très bonne compréhension des enjeux.

Le dessin de Bertrand Gatignol est subtil, précis, détaillé, le trait est fin. Les cases sont souvent percutantes. Il faut voir les architectures des salles gigantesques du château des ogres ! C’est magnifique ! Gatignol joue beaucoup sur les possibilités des effets « blanc et noir », c’est-à-dire trait blanc sur fond noir. Ca donne de beaux effets de plans multiples, de profondeur, de reliefs. Quant aux expressions des personnages, c’est du plus cruel au plus attendrissant, très bien rendues. Et il faut voir ces quelques pleines pages de portrait ! Ca le fait !

Dans cette BD, on peut y voir une description fantastique du royaume des ogres mais aussi en filigrane, un récit sur l’inné et l’acquis, la difficulté à se défaire de la projection parentale.

Pour moi, c’est une merveille gothique !

Petit est un récit complet et les Ogres-Dieux devraient compter d’autres tomes par la suite. Ca promet !

Vous pouvez lire les 12 premières pages grâce au site BDGest.
Cliquez sur le lien ci- dessous :
Lire les premières pages

Les Ogres-Dieux - Petit - Planche arbre généalogique
 
Genre : Conte noir
Public : Adultes / Adolescents
Scénario : Hubert
Dessins : Bertrand Gatignol
Dates de parution : 2014
Editeur : Soleil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s